Classement Wikio

  • Wikio - Top des blogs

juin 2020

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

« Dernières nouvelles du fond | Accueil | Le bestiaire »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

patrick

je suis d'accord avec vous sur l'idée de faire deux ou trois réunions de plus, le ps doit etre un parti avec deux jambes sur une rue de gauche,merçi aux reco de continuer dans ce sens , c'est une bonne idée que de gens ne partageant pas par le passé les memes idées se retrouvent pour produire une motion, que disons-nous du parti socialiste allemand , pse , suedois , etc... je penses qu'il ressemble aux reco , bravo , non , non au clans ,

sangaku

oui, ça fait du bien.
Merci et continuer.

patrick


Bonjour à tous,
je souhaitais réagir sur le point concernant les reconstructeurs, en effet , je penses que c'est une trés bonne initiative qui permet aux gens de differents sensibilités de se parler---
j'attires l'attention des jeunes militants ps comme moi pour encourager ce mouvement , pourquoi
1/ parceque du debat des idées jaillira la lumiere
2/ un ps rassembler travaillera mieux
3/ C'est nulle l'idée de hair ses camarades du ps et dire qu'il faut une gauche arc-en -çiel,
d'autres veulent une alliance avec bayrou alors meme qu'il refuse de discuter au sein du ps ,leur famille , whaouh , ça montre que l'on ne peut faire confiance à ces idées là, je preferes une discussion au sein du ps , entre carpes et lapins ,
on est des milliers de jeunes issus de quartiers difficiles , qui veulent un vrai parti moderne , non pas prendre un mot et dire projet , non plus juste changer le nom du parti et dire projet , non non a attendre l'ump dire un mot et dire par la suite la gauche devrait ---( reformes de retraites) , a l'inverse c'est mieux d'etre inventif , proposer des choses qui 'existent pas , la on dira que l'on a proposer , voila pourquoi , nous disons mérçi à cambadelis, bartolone , montebourg, aubry, lfabius,etc----mille merçi

patrick

La cohérence du « Tout sauf Ségolène »
Par Elie Arié, ancien Secrétaire national à la Santé du Mouvement républicain et citoyen.

Avec la présidence du parti et l'échéance 2012 en ligne de mire, le PS demeure marqué par le "Tout sauf Ségolène". Un courant qui fait preuve d'une certaine cohérence.


La cohérence du « Tout sauf Ségolène »
À première vue, on pourrait s'étonner de voir, depuis le début de la campagne présidentielle de 2007, l'ensemble des grands courants et les principaux leaders du PS s'unir, toutes orientations confondues et malgré leurs différences, pour tenter d'empêcher sa victoire en 2007 d'abord, sa candidature en 2012 ensuite.

En effet, si on admet que le but essentiel d'un parti et d'un homme (femme) politique est l'accession au pouvoir, il y aurait là une contradiction apparente : les socialistes savent bien que, s'ils parvenaient à faire élire un(e) des leurs au pouvoir, celui/celle-ci serait obligé(e) de le partager avec eux : la victoire d'un(e) socialiste à la présidentielle (et, dans la foulée, celle du PS aux législatives qui suivraient) impliquerait leur propre retour personnel au pouvoir : ce n'est évidemment pas sur les 14 000 allumés de Désirs d'avenir que Ségolène pourrait s'appuyer pour l'exercer !

Enfermés dans leur politique libérale
Leur différence avec Ségolène Royal n'est évidemment pas programmatique : Royal, Dominique Strauss-Kahn, Delanoë, Moscovici (on peut y rajouter Hollande, Valls, Dray, etc.), s'ils étaient au pouvoir, ne mèneraient pas des politiques économiques sensiblement différentes et moins libérales les uns que les autres : ils ont tous été partisans du oui à Maastricht, de la ratification des traités de Nice et d'Amsterdam, du oui au TCE, et de la ratification par voie parlementaire du TCE rejeté par référendum : avec ces choix, ils se sont tous enfermés dans une politique économique libérale.

Cette politique serait peu différente de celle de l' UMP, parce que contrainte par les règles de la globalisation et de l'Union Européenne, et, en particulier, par la baisse imposée des prélèvements obligatoires (à noter que Delanoë, tout en se disant « libéral », proclame dans le même souffle que « le parti socialiste doit rester le parti de l'impôt » : c'est bien, mais reste à fournir le mode d'emploi).

La grande hypocrisie actuelle du PS ne se limite pas à ne pas avoir tenté de s'opposer à la grande forfaiture de la ratification du traité de Lisbonne par voie parlementaire : elle consiste à condamner les réformes de Sarkozy tout en souhaitant leur réussite, et en se gardant bien de promettre leur abrogation s'il revenait au pouvoir.

Dépolitisation et rassemblement
C'est donc ailleurs qu'il faut chercher la cohérence du « Tout sauf Ségolène », et il me semble qu'on la trouve dans l'interview qu'elle a donnée au quotidien Libération du 31 Mai 2008.
On y découvre que, pour Ségolène Royal, le prix qu'elle accepte de payer pour son accession au pouvoir, c'est la dépolitisation irréversible du Parti Socialiste, et c'est cela que personne, au-delà de ses divergences, ne peut et ne doit accepter. Que dit, en effet, cette interview ?

Tout d'abord, elle met sur le même plan des catégories socio-professionnelles (employés et ouvriers), des groupes ethniques (la France métissée) et des catégories sexuelles (les femmes), dans une approche purement marketing : « voilà les parts de marché qui n'achètent pas encore nos yaourts et qu'il nous reste à conquérir ». Peu importe qu'il y ait « des femmes » d'extrême-gauche, d'extrême-droite, etc., il nous faut davantage de femmes, quelles que soient leurs orientations politiques ;

Ensuite, elle proclame que l'objectif du PS doit être de devenir « le parti de toute la société française » - en regroupant toutes les opinions politiques incompatibles entre elles, tous les intérêts sociaux opposés, et en faisant l'impasse sur ces contradictions, et sur les arbitrages nécessaires entre intérêts divergents qui est l'essence même de la politique. Démarche qui s'inscrit dans le droit fil de l'alliance proposée à Bayrou entre les deux tours de l'élection présidentielle, après qu'un débat ait mis en évidence les incompatibilités de leurs lignes politiques : la politique ne compte plus, seul compte le recrutement. Avec, à terme, le même résultat que Veltroni en Italie : la déroute d'un parti qui, remplaçant tout programme par des slogans creux (« Nous ne combattons pas la richesse, nous combattons la pauvreté ») et voulant que tout le monde se reconnaisse en lui, est arrivé à ce que plus personne ne s'y reconnaisse, et lui préfère le pourtant très impopulaire Berlusconi : préfiguration de ce que serait le résultat d'une présidentielle opposant Royal à Sarkozy en 2012.

Désirs d'avenir... et de pouvoir
Il était, dès lors, logique que Ségolène Royal préfère s'appuyer, plutôt que sur les militants du PS, sur des citoyens aussi vierges et naïfs en politique que possible, d'où la création de son réseau Désirs d'Avenir, à base de réunions Tupperware (toujours l'approche marketing), de culte de la personnalité, de militants du PS à cotisations à 20 € (préférés à tous ceux qui, depuis longtemps, ont choisi d'y investir une part bien plus importante de leur temps, de leur réflexion et de leurs revenus), de la tonalité volontairement sentimentale et irrationnelle de ses discours - « nous n'avons pas besoin de nous parler pour nous comprendre », Béthune, 14 juin 2007 - mais aussi l'éviction sourcilleuse de toute réflexion politique chez ses soutiens, aujourd'hui par une censure impitoyable sur le forum de débats de Désirs d'avenir (et il faut, effectivement, être très naïf en politique pour fermer les yeux sur l'incompatibilité entre censure des idées et démocratie soi-disant participative), demain au parti socialiste, si elle en devenait la Première Secrétaire, par l'annonce de sanctions contre ceux qui critiqueraient ses prises de position.

On voit donc que si la stratégie de Ségolène Royal de dépolitisation du Parti Socialiste est très cohérente, la stratégie du « Tout sauf Ségolène » de ceux qui, au-delà de leurs divergences, croient encore à l'utilité de la politique, en constitue la réaction tout aussi cohérente.

Samedi 07 Juin 2008 - 13:00

Source :
http://www.marianne2.fr


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog powered by Typepad

Devenir Fan