Classement Wikio

  • Wikio - Top des blogs

avril 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
1 2 3 4 5 6 7
8 9 10 11 12 13 14
15 16 17 18 19 20 21
22 23 24 25 26 27 28
29 30          

« Le Parti démocrate italien vu de France | Accueil | Brèves d'octobre »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

sangaku

Donner du sens...
c'est faire preuve d'autorité


Moi-même, porte parole temporaire de Lucille Bertin

Mon billet sur les "enjeux du 10e" n'a pas plu. Une des soutiens d'Olga Trostiansky m'a envoyé un message de réponse par mail car n'ayant pas su comment poster un commentaire, elle a pensé que j'avais suspendu cette fonction. Un blog c'est pour l'échange, donc... Je publie en copié collé et intégralement le message de ma camarade de section Lucille Bertin :

"Pierre

Connaissons nous la même Olga Trostiansky et le même Rémy Féraud ? Je suis en droit de me le demander en lisant ton stupéfiant billet. En assemblée générale, j’ai vu une femme qui a proposé beaucoup de très bonnes mesures concrètes et de gauche pour le dixième. J’ai vu une femme sans laquelle le bilan de l’arrondissement depuis six ans serait nettement moins brillant. J’ai surtout vu depuis 18 mois, une section vivante, vivante parce qu’enfin s’y échangent des arguments. Des arguments sur la manière dont fonctionne le PS, des arguments sur les relations entre militants, élus et citoyens, des arguments sur le sens du socialisme dans un arrondissement populaire. Des arguments féministes certes, mais pas seulement. Ne t’en déplaise, Olga a donné le tempo de cette campagne pour la tête de liste des socialistes : avec un vrai blog, avec des propositions pour la solidarité, les développement durable et la solidarité locale. Ses soutiens que tu détestes tant ont eux seul parlé du fond à l’AG du 15 octobre. Qu’avons-nous vu de l’autre coté ? Les courants, représenté par des militants autodésignés, dont un certain nombre n’habitent pas l’arrondissement, tous alignés comme à la parade pour soutenir leur secrétaire de section. Et une campagne uniquement centrée sur la personne de Rémy, pas une seule fois sur les projets. Qu’as-tu à dire sur ce qui est vraiment proposé ? Ce sera plus intéressant que ce que tu dis sur ce que tu supputes de ce qu’est Olga Trostiansky.

Enfin, j’ai deux points de désaccord avec toi. D’une part, les politiques ne sont pas des acteurs, ils sont des représentants du peuple. Et les citoyens ne sont pas des spectateurs éclairés et cynique d’une pièce de théâtre où les dialogues sont connus d’avance. Vivre les difficultés, les entendre, leur répondre, ce n’est pas être « dans la tendance ». C’est faire vraiment de la politique, surtout pour le mandat de maire. D’autre part, on peut, et on doit, critiquer le fonctionnement du parti socialiste. Comme le font tous les militants des autres partis et de toutes les organisations, si nous ne doutons jamais, si nous baignons dans l’onctuosité d’un rassemblement de façade, si nous acceptons les héritages sans les renouveler, nous serons perdants. Perdants aux élections, mais aussi perdus pour contribuer à l’histoire des idées et du mouvement social et associatif.

Amitiés socialistes,

Lucile"

alexis bachelay

Cher Pierre, je reconnais bien là ton sens de l'équilibre démocratique. Si jeune encore et si sage déjà.
Sans connaître les enjeux propres au 10ème arrondissement, j'ai bien apprécié ta présentation des deux postulants.
C'est argumenté et précis comme toujours et je suis souvent en accord avec la manière dont tu présentes les choses. Je fais mienne l'expression "travailler pour la confiance". C'est une belle définition du rôle de l'élu.

Bonne chance à Olga et Rémi, pourvus qu'ils n'oublient que le Parti socialiste est notre bien commun.

Fleur de bitume

Pour Lucile tout d'abord, si je puis me permettre, ce ne sont pas les "politiques" qui sont les représentants du peuple, ce sont les élus, qui sont des politiques bien sûr, mais espérons que le PS ne soit pas - seulement - un parti d'élus, même s'il en prend sérieusement le chemin. Pour Pierre ensuite, c'est un politique, et pas élu (!), sans prendre part au débat dans le 10ème, je suis allée du coup voir sur le blog d'Olga et je fais mienne sa préoccupation sincère de voir associer les mots de propreté, insécurité et communautés, même lorsqu'il s'agit de répercuter les termes échangés au cours d'une réunion. A mon sens le rôle d'une élue, conseillère de Paris de surcroît, c'est de ne pas restituer de manière maladroite les propos d'habitants mais de stigmatiser au contraire un amalgame qui nous pourrit la vie aujourd'hui.

La luc10le à Lucille

Lucille Bertin se fait l’avocate de sa candidate. Rien de plus normal. Faut-il relier cela au fait que l’une est, dans la vie professionnelle, la patronne de l’autre ? On sait que travailler pour un élu donne une dimension différente à l’engagement politique.

Qu’Olga se soit efforcée de faire des propositions concrètes et de gauche va de soi. On voit mal comment un candidat peut oser se présenter à des électeurs sans programme. Encore que là, dans le propos que je lis, « le bilan de l’arrondissement depuis six ans serait nettement moins brillant » sans son concours. Est-ce à dire que l’équipe municipale était si mal en point ? Femme providentielle en vue ? Bien sûr que non, mais cela donne l’impression que sans elle, les choses n’auraient pas été si réussies. Si cela était juste, la chose eût remarquée par plus de monde et dès lors, la candidature d’Olga aurait alors fait l’unanimité.

Si depuis « 18 mois » les choses ont changé, c’est donc que depuis avril 2006, un moment où on commença à penser aux investitures pour les législatives, Olga est en campagne pour s’imposer dans le 10e face à l’équipe politique dont elle a fait partie lorsqu’elle fut élue il y a déjà 12 ans. A cela rien de critiquable si ce n’est que lorsqu’une rupture politique est nécessaire, il faut la matérialiser. Puisqu’il ne s’agissait pas d’une question d’orientation – elle vota comme la majorité jusqu’au 16 novembre quand elle fit le choix de Ségolène Royal, il fallait rompre. Avec un peu de culot, elle aurait tiré les conséquences de son désaccord avec les mauvais choix de la majorité municipale et « repris » sa liberté pour se poser en alternative. Schéma compliqué, je l’admets, mais qui aurait donné du sens politique à une démarche qui n’est pas qu’une ambition. Du culot elle en a eu en adoptant elle aussi une stratégie de contournement lorsqu’elle a constitué un réseau autour d’elles en dehors du Parti socialiste pour solidifier sa candidature. Elle espérait gagner en notoriété pour s’imposer de l’extérieur. Mais le JDD ou le Parisien ne sont pas Le Monde...

Il ne faut pas tomber dans le travers qui fut celui de Ségolène Royal et qui consista à ringardiser par principe tout ce qui était antérieur ou extérieur à sa démarche. Dans le 10e, on a débattu franchement sans jamais se déchirer, lors des congrès ou du référendum, personne n’a nourri un climat de suspicion systématique comme celui qu’on connaît aujourd’hui où un petit groupe d’adhérents se comporte en censeurs permanents d’un parti qu’ils découvrent et qu’ils n’aiment pas. Ce sont eux qui détestent leurs « prédécesseurs » dans le parti. Ils construisent leur activisme sur le ressentiment et la défiance. La méthode est connue, on tente de gagner par l’usure, en étant procédurier à outrance. Dans un jargon ancien, on aurait appelé cela du « basisme décompo et liquidateur ». Mais j’appelle cela simplement, de la dépolitisation. Tous ne sont pas comme cela, mais il faut le dénoncer quand on le constate.
Quand au fond, eh bien, il faut être honnête. Dans un vote entre deux candidats qui n’ont divergé qu’une fois en termes de vote, dans une ville où les mairies d’arrondissement ont peut de compétences propres, ce qui détermine les électeurs, c’est plus, en dernier ressort, le ressenti et ce qu’ils pensent des candidats que la mémoire qu’ils gardent de leurs propositions même quand ceux-ci leur accordent une grande importance.
Il est de bon ton de s’en prendre aux courants. Si on veut bien les voir comme des courants de pensée et non pas des clientèles, ils participent de la formulation des termes du débat sans évidemment prendre toute la place. D'ailleurs, si tous les courants issus du congrès du Mans ne soutenaient pas Rémi, ils n'auraient pas été décriés. Et quand quelqu'un, par exemple, "membre" de Socialisme & démocratie annonce qu'il soutient Olga, il ne fait l'objet d'aucun procès stalinien et on ne lui crève pas ses pneus... La prudence conseille d’attendre de voir le rôle que jouera Ségolène Royal et ses amis dans les mois qui viennent et les répercussions que cela aura dans les sections socialistes avant de fustiger « les courants et leurs dirigeants autoproclamés ». Au passage, on peut en effet demander de procéder à des contrôles d’identité à l’entrée des sections pour que seuls les autochtones soient autorisés à parler…

Pour finir, la politique a horreur du vide. On peut faire du passé table rase, mais la responsabilité politique consiste à dire ce que l’on va faire, comment et avec qui. Entre l’omniscience des dirigeants politiques face à un peuple arriéré et inculte d’un côté et l’effacement des dirigeants politiques sous la dictature de l’opinion et des citoyens expert – qui ont majoritairement voté pour Sarkozy, qui sont majoritairement favorables aux tests ADN et qui sont contre la grève du 18 octobre, il y a un juste milieu, celui qui responsabilise les dirigeants politiques et les citoyens pour en faire autre chose que des consommateurs.

Rémi Féraud comprend cela. Son avis n’est pas « celui du peuple du 10e ». La décision politique ne se prend pas sous la pression unique des citoyens ou contre eux, elle se prend avec eux en leur indiquant aussi le cap à tenir. Quand au projet, il se construit avec tous, dans le rassemblement, pas dans la défiance.

Paul

"L'air du temps"....

Que dire ? Jolie formule, suffisamment insidieuse, un peu décalée, avec une citation faite d'amalgame et d'approximation. Nous serions donc... "dans l'air du temps" et celà génèrerait des choix politiques. Et bien parlons de l'air du temps !

Pour le moment, on ne peut pas vraiment dire que ça souffle fort. C'est plutôt le calme plat en dehors de quelques recompositions internes à usage de postes locaux. Il s'agirait plus de sauver les membles, de faire le dos rond et d'attendre sagement la marée. Et profiter du temps plat pour lire entre les lignes quelques intentions cachée.

Je ne suis pas d'accord avec toi Pierre. Non que ton analyse générale ne soit pas fine, mais que tout au contraire, elle vise a cacher, à détourner, à minorer un réel mouvement de participation et de mobilisation des nouveaux militants lors de échéances récentes.

Non pas que les nouveaux militants soient plus légitimes que les anciens, mais qu'ils sont sans doute "plus natures", "plus explicites" et plus représentatifs de notre électorat, et qu'il faudra bien ou jour ou l'autre en tenir compte.. "de l'air du temps"

En tous cas pour les responsables politiques qui souhaitent faire accéder notre parti à la représentation nationale.

Et lorsque tu contestes le bien fondé d'Olga à représenter ces nouveaux militants, à jouer un rôle dans l'expression des expressions et nécessité de rénovation, tu la déclares abruptement comme une volonté d'attaque de la structure elle même.

Là je ne peux plus te suivre. Je connais bien cet approche qui consiste à dénaturer, déligitimer toute revendication au motif qu'elle mettrait en péril la structure. On a vu ça ici ou là, et la droite la suffisamment utilisée dans l'histoire. Les grévistes vont détruire l'outil de travail, créateur de richesses, etc... Moi ou le chaos. Un classique.

Pour le chaos, on voit bien. Pour la rénovation, on en attend toujours les prémisses du début du commencement. Nous avons appris à être patient au Parti Socialiste ces dernières années.

Et les choix que tu nous conseilles en ce qui concerne le 10ème arrondissement de Paris ne m'apportent pas une plus grande espérance pour l'avenir.

Amitiés

Paul


Pierre

C'est une erreur de présenter quelqu'un comme "la candidate des nouveaux adhérents" car cela renforce la division. De plus, s'agissant de la rénovation, on a pu observer dans nos réunions de travail pour animer la section (la CA pour les initiés), le désintérêt total de ces personnes pour la participation au travail sur la rénovation. Dans un billet plus ancien, je notais que les militants socialistes seraient tentés de faire ce qu'on a toujours reproché à François Hollande à savoir renvoyer le travail de fond aux calendes grecques à cause de la sempiternelle urgence électorale... On verra bien ce qu'il en sera après le 18.

SZ

Mais que fait-elle Olga Trostiansky ?


Bénéficiaire de l’aide Paris Energie Familles, nous sommes confrontés aux méthodes de gestion de la société EDF.

En effet, nous avons demandé à cette société de bien vouloir reporter en écriture l’aide qui nous a été octroyée par le CASVP sur la facture annuelle, ayant opté pour la mensualisation. Or selon EDF, c’est aux clients de réclamer un bordereau de situation de compte, faut il encore en aviser les bénéficiaires, ce qui n’est pas le cas.

C’est pourquoi, nous vous demandons de bien vouloir étudier la possibilité d’apposer le montant de l’aide sur la facture annuelle, ceci dans un souci de transparence afin que tous les bénéficiaires n’aient pas le sentiment d’avoir été exclus une fois de trop.

Dans l’attente, je vous prie d’agréer, madame, l’assurance de ma considération distinguée.


Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog powered by Typepad

Devenir Fan