Classement Wikio

  • Wikio - Top des blogs

mai 2019

lun. mar. mer. jeu. ven. sam. dim.
    1 2 3 4 5
6 7 8 9 10 11 12
13 14 15 16 17 18 19
20 21 22 23 24 25 26
27 28 29 30 31    

« Où va le social-bloguisme démocratique ? | Accueil | La première défaite d'Alexandre »

Commentaires

Flux Vous pouvez suivre cette conversation en vous abonnant au flux des commentaires de cette note.

julien

faut que j'aille voir ce film
a priori je suisplutôt ok avec toi pierre
le débat sur la nature de ce film est assez intéressant car il traduit différentes conceptions de l'entretien de la mémoire collective

Emmanuel

Je viens d'y aller... je suis d'accord avec toi, Pierre, c'est un très bon film. Le mot qui m'est venu en sortant est "formidable", en me rappelant le sens premier de ce terme: terrifant. J'y ai retrouvé les grands thèmes de Hannah Arendt à propos du totalitarisme (il fut un temps où "Le système totalitaire" était mon livre de chevet). D'abord l'aveuglement du peuple devant une idéologie ressentie comme vitale (Mme Goebbels disant ne pas vouloir vivre dans un monde sans national-socialisme...) et qui se substitue à toute réalité. Ensuite le bouc-émissaire qui est sensé répendre la décadence, qui est comme l'essence du moteur: le totalitarisme fonctionne en expliquant par la faute de qui ça ne fonctionne pas. Toute la relation au peuple aussi, à la fois méprisé et adulant, informe et glorifié. Enfin le rétrécissement du cercle des boucs-émissaires désignés (d'abord les colonnels, puis les généraux, puis Himmler lui-même). Ca finit, comme dit Arendt, fatalement par le suicide du chef.
Je trouve que les mécanismes de domination sont très finement décrit, la perversité du jeu entre les sentiments et la monstruosité, l'absence totale de compassion et l'adoration sans retenue...
Il n'est donc pas idiot de partir de la fin pour expliquer le totalitarisme, au contraire: cela permet de montrer à quel point il urgent, toujours urgent, de s'en méfier, tant ce n'est qu'une usine à champ de ruine, d'autant plus redoutable que très sournoise dans son apparition.
Dans ce sens, je trouve qu'il a son utilité, pour la mémoire.

l'illusion

Je viens de visionner avec quelques mois de retard le film der untergang relatif à la bataille de berlin,ou plutot des derniers jours d'Adolf hitler, et de ses acolytes nazis, les tristement célèbres joseph goebbels, goering ou l implacable himmler.

Petit fils d'un homme qui séjourna 5 ans dans les camps allemands avant de s'échapper, je fus agréablement surpris par ce film qui respecte la trame de l'ouvrage de joachim fest. Je ne peux avoir le regard d'un censeur sur l'histoire car il serait puéril d'oser prétendre qu à la place du peuple allemand de 1933, j aurais choisi la voie de la démocratie, j aurais résisté aux monstres. Mon autre grand père était résistant, il fut gravement bléssé par un waffen ss en 1944 dans la bataille des alpes, cet homme a su s'élever à 17 ans contre le tyran allemand. Mais pour revenir au film, on peut etre irriter en le visionnant du comportement de la sécrétaire d'adolf hitler, de son aveuglement face au mail, face à l'idéologie antisémite et criminelle de nationnal socialisme. Mais je crains personnelement que le peuple ne sache résister aux sirènes envoutantes des extremes lorsque que la crise économique frappe, lorsque que le pain se fait rare.
Je suis profondemment écoeuré par les Nazisme comme je le suis du stalinisme et de ses goulages ( je ne peux user du terme communisme meme si cette doctrine portait selon moi , en elle les racines du mal) et j attends avec impatience un film sur les grands des années 1930-1940, ou sur la terrible période de 1917_1922 qui fit plus de 20 milions de morts au sein de la population soviétique. Je ne suis pas dans une logique primaire de comparaison des maux engendrés par ces deux doctrines qui appellent aux meurtres d'autrui pour arriver a ses fins, les juifs et minorités d'un coté, celle des pseudo nantis de l'autre ceux que l'on appelait les koulags. Le aml politique est et sera toujours la, je crois sincèrement que le meilleur rempart face à lui est l'éducation des foules, la tolérance, et un devoir de mémoire auquel ce film der untergang participe.

jean-pierre Pagès-Schweitzer

Voir mon article, sur "LA CHUTE", dans les 4 VERITES.jpps

Vérifiez votre commentaire

Aperçu de votre commentaire

Ceci est un essai. Votre commentaire n'a pas encore été déposé.

En cours...
Votre commentaire n'a pas été déposé. Type d'erreur:
Votre commentaire a été enregistré. Les commentaires sont modérés et ils n'apparaîtront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés. Poster un autre commentaire

Le code de confirmation que vous avez saisi ne correspond pas. Merci de recommencer.

Pour poster votre commentaire l'étape finale consiste à saisir exactement les lettres et chiffres que vous voyez sur l'image ci-dessous. Ceci permet de lutter contre les spams automatisés.

Difficile à lire? Voir un autre code.

En cours...

Poster un commentaire

Les commentaires sont modérés. Ils n'apparaitront pas tant que l'auteur ne les aura pas approuvés.

Vos informations

(Le nom est obligatoire. L'adresse email ne sera pas affichée avec le commentaire.)

Blog powered by Typepad

Devenir Fan